Lacher Prise (texte à méditer)

Aller en bas

Lacher Prise (texte à méditer)

Message  Marina67 le Ven 4 Mai - 11:49

Il m'a été fait cadeau d'un merveilleux texte d'auteur inconnu il y a quelques temps sur le Lâcher prise, celui qui nous préoccupe tant et dont nous avons du mal à nous libérer la tête.
Aujourd'hui mes amis, je souhaite le partager avec vous, pour mon plus grand bonheur, et le vôtre également. J'en profite pour remercier la personne qui me l'a offert et celle qui l'a écrite. Je vous souhaite une bonne lecture et que chacun y trouve ce dont il a besoin.


Lâcher prise




Auteur inconnu


Lâcher prise, ce n'est pas se montrer
indifférent, mais simplement admettre que l'on ne peut agir à la place de
quelqu'un d'autre.

Lâcher prise, ce n'est pas de couper les
liens, mais prendre conscience que l'on ne peut contrôler autrui.





Lâcher prise, ce n'est pas être passif,
mais au contraire tirer une leçon des conséquences inhérentes à un évènement.





Lâcher prise, ce n'est pas blâmer ou
vouloir changer autrui, mais donner le meilleur de soi-même.





Lâcher prise, ce n'est pas prendre soin
des autres, mais se sentir concernés par eux.





Lâcher prise, ce n'est pas assister,
mais encourager.





Lâcher prise, ce n'est pas juger, mais
accorder à autrui le droit d'être humain.





Lâcher prise, ce n'est pas s'occuper de
tout ce qui arrive, mais laisser les autres gérer leur propre destin.





Lâcher prise, ce n'est pas materner les
autres, mais leur permettre d'affronter la réalité.





Lâcher prise, ce n'est pas rejeter,
c'est au contraire accepter.





Lâcher prise, ce n'est pas harceler,
sermonner ou gronder, mais tenter de déceler ses propres faiblesses et de s'en
défaire.





Lâcher prise, ce n'est pas adapter les
choses à ses propres désirs, mais prendre chaque jour comme il vient et
l'apprécier.





Lâcher prise, ce n'est pas critiquer ou
corriger autrui, mais s'efforcer de devenir ce que l'on rêve de devenir.





Lâcher prise, ce n'est pas craindre le
passé, mais vivre et grandir pour l'avenir.





Lâcher prise, c'est reconnaître son
impuissance, c'est-à-dire que le résultat final n'est pas entre nos mains.





Lâcher prise, c'est craindre moins et
aimer davantage...
avatar
Marina67

Messages : 102
Date d'inscription : 27/04/2012
Age : 51
Localisation : EPREVILLE

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lacher Prise (texte à méditer)

Message  Alarso le Ven 4 Mai - 17:38

"Lâcher prise, c'est craindre moins et
aimer davantage...".......J'adore cette dernière phrase et tout le reste bien sûr.....Merci pour ce beau texte
avatar
Alarso

Messages : 46
Date d'inscription : 28/04/2012
Age : 46

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lacher Prise (texte à méditer)

Message  Admin le Sam 5 Mai - 7:15

magnifique texte, que je vais relire !!!!!!!!!!!!!

je te remercie infiniment de l'avoir partagé avec nous !!!
avatar
Admin
Admin

Messages : 69
Date d'inscription : 04/04/2012

http://reikipartage.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lacher Prise (texte à méditer)

Message  Admin le Sam 5 Mai - 14:33

un autre article que j ai lu sur le net à propos du lâcher prise

Entretien avec l'écrivain Gilles Farcet.


Avant de prétendre "lâcher", encore faut-il savoir ce que nous "tenons" ?

Au commencement de toute "prise" se trouve l’ego, une conviction, un ressenti dont tout découle. Moi, Pierre ou Paul, j’existe indépendamment du tout, séparé, seul face à l’autre, c’est-à-dire tout le reste, tout ce qui n’est pas "moi" et qui, étant "autre", n’obéit pas toujours à ma loi. L’identification à ce très cher moi se paie au prix fort : me ressentant séparé, je vis à la fois dans la peur et dans une illusion de toute-puissance. "Seul contre tous", "Après moi le déluge", telles sont en somme les deux croyances sur lesquelles se dresse l’ego. Lâcher-prise, c’est abandonner une illusion, celle de la séparation.

Ce lâcher-prise ne sous-entend en rien une négation de l’individualité. Pierre reste Pierre, Paul demeure Paul. Simplement, la partie se reconnaît comme expression du tout, la vague se sait forme du grand océan et, du même coup, reconnaît les autres vagues comme autant d’expressions de ce qu’elle-même est au plus profond. Par un apparent paradoxe, l’autre à la fois disparaît – nul ne peut plus m’être essentiellement étranger – et se trouve comme jamais reconnu dans sa différence existentielle. Le moi séparé cesse d’être l’étalon, la mesure de toute chose. Il n’y a plus de moi pour exiger de l’autre qu’il se conforme à mes critères. Le lâcher-prise se produit dès lors que le moi accepte de l’autre, de tout autre, qu’il soit autre.

Voilà pour la métaphysique, qu’en est-il de la pratique au quotidien ?

Le sens du moi séparé se maintient instant après instant par le refus plus ou moins conscient de l’autre (c’est-à-dire de ce qui est – "Moi, je ne veux pas qu’il pleuve ce matin", "Moi, je ne veux pas que ma femme fasse cette tête", "Moi, je refuse que ce qui est soit et je prétends mettre autre chose à la place" –), refus qui s’accompagne de la prétention sous-jacente à tout contrôler. Le fait même que "moi, je ne veuille pas" implique la conviction qu’il pourrait en être autrement parce que tel est mon souverain désir.

Nous refaisons sans cesse le monde à grands coups de "si", de "quand" , au nom de ce qui "devrait être", "aurait pu être", "pourrait éventuellement être", et nos pensées vagabondent dans le passé ou le futur. Il est bien rare que nous soyons vraiment " ici et maintenant " – alors même que nous ne pouvons en fait être ailleurs qu’ici et à un autre moment que maintenant. Quoi que mon mental prétende, je me trouve là où sont mes pieds. Si je pense au passé ou au futur, c’est toujours maintenant. Passé, futur, ailleurs n’existent qu’en tant que pensées surgissant ici et maintenant.

La pratique la plus simple et efficace du lâcher-prise consiste donc à s’exercer à demeurer un ici et maintenant avec ce qui est ?

Cette pratique n’exclut en rien l’aptitude à prévoir, à organiser ni ne nous dispense de nos responsabilités. L’attitude d’ouverture inconditionnelle à l’instant ne conduit nullement à baisser les bras, à tolérer l’intolérable. Le lâcher-prise, dans l’immédiateté, est totalement compatible avec l’action dans la durée. Le lâcher-prise n’est pas se résigner mais être conscient de ses limites.
Je marche dans la rue, un vieillard se fait renverser sous mes yeux. Le fait que je pratique ici et maintenant le lâcher-prise (sur des questions comme : est-ce grave ? sa vie est-elle entre mes mains ?) ne me conduit pas à m’abstenir de lui venir en aide. Bien au contraire, en m’épargnant les pensées parasites ou les atermoiements, ce positionnement intérieur me permet d’agir plus vite, dans la mesure exacte de mes possibilités.
Ici et maintenant, il m’appartient de poser un acte, de proposer quelque chose... dont la vie disposera ?
Ainsi je garde toute mon énergie pour agir, plutôt que de la gaspiller. En renonçant à contrôler l’avenir, j’obtiens souvent de meilleurs résultats ici et maintenant. En vérité, notre seul pouvoir, notre seule responsabilité réelle, s’exerce dans l’instant présent, lequel, bien sûr, prépare les instants futurs mais sans que nous puissions obtenir de garanties quant à l’avenir, y compris la seconde suivante. "La vie, c’est ce qui vous arrive pendant que vous êtes en train de faire d’autres projets", a dit John Lennon. Lâcher prise, c’est aussi cesser d’aborder l’existence avec une mentalité d’"assuré tous risques". Quelle que puisse être la prétention du moi à contrôler l’avenir, la vie n’est pas une mutuelle et n’offre aucune garantie.

Une pratique assidue du lâcher-prise soulage d’un grand poids ?

Elle nous affranchit du complexe d’Atlas portant le monde sur ses épaules. Elle fait coïncider le plus profond détachement avec le plus authentique sentiment de responsabilité envers soi-même et les autres. Elle est aussi le fondement de la vraie confiance en soi. Tant que je me crois séparé et m’attribue un pouvoir sur ce qui est, je ne peux que me surestimer ou me sous-estimer. Dès l’instant où le moi est remis à sa place, il est reconnu pour exactement ce qu’il est, avec ses forces et ses faiblesses, ses limites naturelles totalement acceptées. Représentons-nous un instant notre rôle de parent, de citoyen, de conjoint ou encore l’exercice de notre activité professionnelle envisagés sous cet angle… Mais cette attitude, en elle-même simple, est difficile à pratiquer.

Elle va à l’encontre de nos conditionnements les plus ancrés. Toute la sagesse pratique du lâcher-prise se trouve sans doute synthétisée dans la magnifique prière des Alcooliques anonymes :
"Donnez-moi la sérénité d’accepter les choses que je ne peux pas changer, le courage de changer celles que je peux changer et la sagesse d’en voir la différence."

Quelques techniques


Comment s’y prendre
Lâcher prise sur une rancœur, une peur, une émotion négative, revient souvent à détourner son regard de la difficulté… sans pour autant la fuir.

Quelques pistes pour y parvenir :

Se centrer sur sa respiration quand l’obsession du problème réapparaît : imaginer qu’à chaque expiration on repousse la colère, la tristesse, les sentiments négatifs ; et qu’à chaque inspiration on inhale la confiance, la joie, la gratitude.

En relaxation, visualiser des horizons, des paysages ouverts. Se mettre en scène en se voyant libéré du problème.

Créer des rites pour se séparer symboliquement de ce qui nous fait mal:
écrire une lettre de ressentiment puis la jeter au feu,

organiser avec soin une véritable «cérémonie de divorce »,

déclarer à haute voix, devant un entourage choisi,
sa volonté de se libérer de ses émotions négatives…
avatar
Admin
Admin

Messages : 69
Date d'inscription : 04/04/2012

http://reikipartage.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lacher Prise (texte à méditer)

Message  Marina67 le Dim 6 Mai - 9:16

"Donnez-moi la sérénité d’accepter les choses que je ne peux pas
changer, le courage de changer celles que je peux changer et la sagesse
d’en voir la différence."
Bien belle prière que je ne connaissais pas.

Le texte que tu nous transmets dit vraiment l'essentiel sur le lâcher prise. Et les exercices de relaxation sont très accessibles à faire quand on en a la volonté mais si difficiles à appliquer dans la réalité...quand on n'a pas décidé
Cela me rappelle une phrase qui m'a été répondue, quand je disais que "la vie n'était pas simple" un jour que j'étais en souffrance. Cette personne, très sage m'a répondue de façon très juste : "Non Marina, tu te trompes, la vie est très simple, c'est nous qui la rendons compliquée"

Nous sommes dans un véritable dilemme avant de lâcher prise sur ce que nous portons même si inconsciemment nous savons que ce sera meilleur pour nous. Mais à ce moment nous devons passer par l'étape de l'acceptation;
Heureusement, il y a un tas de personne autour de nous dont vous faites partie qui nous aident à faire Lumière en nous même si le travail premier est à nous de le faire



avatar
Marina67

Messages : 102
Date d'inscription : 27/04/2012
Age : 51
Localisation : EPREVILLE

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lacher Prise (texte à méditer)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum